L’assertion positive comme conjecture de l’autre dans l’altérité et l’influence eckartienne chez Nicolas de Cues

Pedro Calixto

Resumo


Nicolas de Cues (1401-11 août 1464) assume pour l’essentiel la thèse érigénienne et alanienne de l’incognoscibilité de Dieu et de la quiddité des choses. Il développe et approfondit la conscience de la supériorité de la négation sur l’affirmation in divinis qui avait permis au Néoplatonisme Médiéval d’élaborer une théorie sémantique du langage en nette rupture avec le triptyque aristotélicien qui établit la nécessité d’une correspondance entre chose, pensée et signe : pour Nicolas de Cues, l’essence du langage est dans la production d’un sens, et celui-ci peut être entièrement indépendant de la possibilité d’appréhension de son objet. La présente recherche entend démontrer que cette thèse de l’incognoscibilité divine est intimement liée à une autre thèse d’ordre épistémologique qui décrète radicalement que toute affirmation est une conjecture au sujet du réel et que notre esprit est dans l’impossibilité d’atteindre la vérité de façon adéquate. Il n’existe pas de connaissance humaine certaine, car la quiddité des choses qui détermine leurs essences véritables est inaccessible.

Palavras-chave


Nicolas de Cues, De Coniecturis, épistémologie, conjecture, négation, Maître Eckhart.

Texto completo:

PDF (Français (France))


DOI: http://dx.doi.org/10.5380/dp.v18i1.74899

Direitos autorais 2021 DoisPontos

Licença Creative Commons
Esta obra está licenciada sob uma licença Creative Commons Atribuição - Não comercial - Sem derivações 4.0 Internacional.

 

Indexadores: AmeliCA, Clase, Dimension, Google Scholar. Diretórios: Academic Journal Database (JSTOR), Diadorim, Diretório Luso-Brasileiro, DOAJ, ROAD. Portais: CAPES, ScienceOpen, World Wide Science.

Qualis Periódicos - Capes: A2

 

  Todo o conteúdo desta revista está licenciado sob a Licença Internacional Creative Commons 4.0 (CC BY 4.0)